L’étude thermique : le fondement énergétique d’un projet

23 Mar, 2024

Étude thermique & fondement énergétique

Dans la lignée des différents accords environnementaux, la France dirige la filière du bâtiment vers des installations à énergie positive et à faible empreinte carbone.

C’est dans ce contexte que se déroule l’étude thermique. Aussi appelée bilan ou diagnostic thermique, elle est à ne pas confondre avec le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE).

L’étude thermique est l’outil par excellence qui permet de faire les choix techniques et énergétiques en amont de la construction d’un bien immobilier pour assurer la meilleure efficacité énergétique.

On vous explique tout du déroulement de l’étude thermique à son coût, en passant par la réglementation !

Qu’est-ce que l’étude thermique ?

L’étude thermique intervient lors de la construction d’un bien, c’est un document obligatoire pour déposer un permis de construire. 

Elle permet d’estimer l’efficacité énergétique en amont d’un chantier et de diriger les choix techniques (notamment des matériaux) pour les architectes et les maîtres d’œuvre.

Concrètement, un rapport d’étude thermique expose les éléments suivants :

  1. Hypothèses de calcul : règlementation, démarche, débit, perméabilité, classe d’inertie…
  2. Enveloppe : parois, ponts thermiques, menuiseries, éclairage
  3. Systèmes : production, déperditions et besoin en eau chaude sanitaire, chauffage, ventilation, climatisation, photovoltaïque
  4. Recommandations : matériel, systèmes, orientations, surfaces

Diagnostic de Performance Énergétique

L’étude thermique et le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) ne sont pas la même chose ! Ce dernier intervient plus lors de la vente ou de la location d’un bien. Il se traduit par l’étiquette énergie, qui indique la consommation et la déperdition, et l’étiquette climat, qui indique le niveau d’émission de gaz à effet de serre.

Audit énergétique

De même que précédemment, l’audit énergétique est à ne pas confondre avec l’étude thermique. Il intervient lors d’une rénovation, et met en avant les ponts thermiques et les pertes d’énergie.

Suite à cela est mis en place un plan de travaux de rénovation énergétique.

Comment faire un bilan thermique ?

Tout d’abord, il faudra vous tourner vers un bureau d’étude thermique (BET) ou un thermicien indépendant qualifié. Ils ont des connaissances et un matériel spécifique à ce type d’étude.

L’architecte ou l’opérateur énergétique peut en recommander un de son réseau.

Il se déroule de la façon suivante :

  1. Inventaire complet conso énergie (chauffage, eau chaude,..) et isolation (matériaux, nombre de fenêtres, emplacement..)
  2. Caractéristiques du bâtiment (orientation, surface, agencement…)
  3. Matériaux
  4. Recommandations techniques, conseils pratiques, prévisionnel de consommation

Concrètement, un thermicien (ou une équipe) se rend sur le lieu de construction et établit des relevés grâce à du matériel spécifique qu’il intègre généralement dans un logiciel conforme pour l’évaluation de la performance énergétique (Climawin, DesignBuilder, Lesosai, etc).

Combien coûte une étude thermique ?

Il n’existe pas de barème ou de plafond pour le prix d’une étude thermique.

Son coût est donc très variable en fonction du projet et de sa taille. Il est habituellement compris entre 200 € et 1200 €.  Cependant, il peut être bien supérieur pour une étude plus poussée et avec des demandes particulières.

Malgré son coût, il peut être rapidement rentabilisé grâce aux :

  • Économies d’énergie : Optimisation des performances énergétiques et donc un logement moins énergivore et une facture allégée 
  • Aides financières ou exonérations possibles : Ces aides sont financés par le gouvernement
  • Valorisation du bien : Les labels énergétiques sont des atouts pour une éventuelle vente ou location 

La réglementation autour de l’étude thermique

Comme dit auparavant, l’étude thermique est obligatoire pour obtenir son permis de construire, et ce, depuis le 1ᵉʳ janvier 2013.

Concernée précédemment par la réglementation thermique RT2012, elle s’inscrit aujourd’hui dans la réglementation environnementale RE2020, plus générale et exigeante.

RT2012

Les consommations théoriques d’un bâtiment sont calculées grâce à une méthode réglementée, la TH BCE 2012 issus de cette réglementation. 

La RT2012 impose de connaître :

  • Le Besoin Bioclimatique, soit l’efficacité énergétique
  • Le Coefficient d’Énergie Primaire, soit tout ce qui concerne le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire
  • La Température Intérieure Conventionnelle, soit la température maximum après 5 jours consécutifs de canicule

Dans le cas où les niveaux réglementaires sont dépassés, des amendes sont possibles (loi 2019-1428, article 64)

La norme RT2012 a été remplacée par la RE2020 au 1ᵉʳ janvier 2020, mais des méthodes de calculs qui lui sont propres restent conservées dans les logiciels des BET par exemple.

Elle permettait d’obtenir le label Bâtiment Basse Consommation (BBC).

RE2020

La norme RE2020 permettait d’obtenir le label Bâtiment à Énergie POSitive (BEPOS)

Elle s’oriente globalement vers les énergies renouvelables et dirige les constructeurs vers l’utilisation de moyens à haute valeur environnementale :

  • Autoconsommation solaire
  • Pompe à chaleur (air/eau, air/air, géothermie)
  • Chaudière ou poêles à granulés
  • Chauffe-eau thermodynamique
  • Biogaz
  • Éolien

Dès sa mise en place, elle a notamment permis d’entériner la fin de la célèbre chaudière à gaz pour les constructions individuelles neuves. 

Malgré ses hautes performances, elle ne respecte pas les niveaux maximums.

Le non-respect de cette norme est considéré comme un délit et ces amendes peuvent aller jusqu’à 45000 € et six mois d’emprisonnement en cas de récidive.

Vous allez aussi aimer

Consuel Pro : Obtention et prix

Consuel Pro : Obtention et prix

Une validation des normes est nécessaire pour le raccordement au réseau lors de la mise en service, ou de la réhabilitation, d’une installation électrique.  C’est une étape essentielle pour les...