Accueil 5 Économies d'énergie pour les entreprises 5 Gestion technique centralisée : maitrisez la consommation énergétique de votre entreprise

Gestion technique centralisée : maitrisez la consommation énergétique de votre entreprise

14 Mar, 2024

Gestion technique centralisée et optimisation énergétique

Rédigé par Hugo Chambon

Hugo Chambon est le fondateur et rédacteur en chef de VertuEnergie. Après avoir complété ses études universitaires en Angleterre et à Hong Kong, Hugo a acquis une expertise précieuse dans le domaine des solutions énergétiques innovantes et durables. En quatre ans, plus de 5000 clients ont choisi les offres de VertuEnergie, attirés par une approche transparente et éthique qui vise à rendre l’énergie plus accessible et abordable.

Rédigé par Hugo Chambon

Hugo Chambon est le fondateur et rédacteur en chef de VertuEnergie. Après avoir complété ses études universitaires en Angleterre et à Hong Kong, Hugo a acquis une expertise précieuse dans le domaine des solutions énergétiques innovantes et durables. En quatre ans, plus de 5000 clients ont choisi les offres de VertuEnergie, attirés par une approche transparente et éthique qui vise à rendre l’énergie plus accessible et abordable.

L’efficacité énergétique fait partie des priorités des entreprises de toutes tailles : le suivi et l’optimisation de la consommation sont une nécessité.

Chez Vertu Énergie, nous avons à cœur d’aider les entreprises à maîtriser leur consommation et leurs coûts, mais aussi à tendre vers un avenir durable.

C’est dans cette démarche que nous vous présentons aujourd’hui la Gestion Technique Centralisée.

Après quelques explications, nous vous dévoilons dans cet article comment cette installation technique peut transformer votre gestion énergétique grâce à un suivi précis de la consommation, et comment la mettre en place.

Gestion Technique Centralisée : Définition

La Gestion Technique Centralisée (GTC) est un système automatisé permettant le suivi et le pilotage automatique d’un domaine technique en particulier (comme le chauffage, l’éclairage ou encore la climatisation) dans un bâtiment.

Il s’agit de domotique appliquée à un bâtiment tertiaire, appelé dans ce cas immotique, un néologisme qui parle de lui-même.

Concrètement, un ensemble de capteurs va envoyer des données à un automate (système informatique) qui, selon un paramétrage défini, enverra ses ordres à des actionneurs.

Il est également tout à fait possible, grâce à un reporting en temps réel, d’analyser les données (sous forme de tableaux, graphiques…) et de piloter à distance.

GTC et GTB : la différence

La GTC et la Gestion Technique du Bâtiment (GTB), ont un fonctionnement de base identique : des installations techniques intelligentes supervisent et pilotent un bâtiment industriel.

Bien que ces deux concepts issus de la technique du bâtiment soient interconnectés, les périmètres d’applications de la GTC et de la GTB sont différents.

Périmètre d’application

  • GTB : Une gestion macro, soit une application globale sur plusieurs lots techniques. Elle permet de coordonner plusieurs systèmes, en intégrant notamment les données de la GTC. Elle est appelée BMS (Building Management System) ou encore Smart building en anglais.

La GTB gère l’ensemble des lots techniques concernant : le confort, l’énergie, la sécurité, la technique.

  • GTC : Une gestion micro, soit une application spécifique sur un seul lot technique.

Elle permet de suivre un domaine spécifique comme l’éclairage, le chauffage ou encore la ventilation.

La GTC gère un lot technique parmi les lots gérés par la GTB, comme la sécurité comprenant : les alarmes incendies, la vidéosurveillance, les issues de secours, etc.

Interconnexion

Malgré leurs périmètres d’application différents, la GTC et la GTB n’en sont pas moins interconnectées. En effet, la GTC est un sous-système de la GTB, et les différentes GTC peuvent fonctionner en parallèle. 

En résumé, la GTB est la vision globale (ou supervision) et elle harmonise les différentes GTC.

La GTB et la GTC s’accordent donc parfaitement ensemble et travaillent de pair afin d’améliorer la performance et l’efficacité énergétique (et les coûts liés) d’un bâtiment ainsi que le confort de ses occupants.

Cas concret

Dans le but de mieux imager nos propos, prenons un exemple :

  1. À 7h30 du matin dans les locaux d’une entreprise, le système GTB démarre automatiquement les installations pour accueillir le personnel dont le système de climatisation.
  2. Personne n’étant présent dans les bureaux, la GTC va interdire le démarrage.
  3. Une voiture passe le portail, la GTC autorise la mise en route de la climatisation dans l’accueil.
  4. L’employé rejoint sa zone de bureau, la GTC met en route la climatisation dans cette zone/étage/pièce.

Les avantages de la GTC pour les professionnels

La mise en place d’un système de gestion Technique tel que la Gestion Technique Centralisée apporte de nombreux avantages : 

  • Rôle dans l’avenir énergétique durable. Une Gestion Technique de l’énergie et du bâtiment réduit la consommation d’énergie et les émissions de CO2.
  • Optimisation des performances énergétiques et réduction des coûts. La gestion active permet d’adapter au mieux les consommations en fonction de la situation réelle. Les diagnostics réguliers anticipent la maintenance.
  • Réduction du gaspillage. Les relevés de données permettent de limiter le gaspillage en énergie.
  • Amélioration du confort et de la sécurité. Un environnement sain, bien ventilé, éclairé et à la bonne température garantit un confort certain.

Des procédés tels que les Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) encouragent les entreprises à implémenter ces solutions de gestion de leurs équipements techniques.

De plus, en vue des économies d’énergie de plus de 30 % possibles (qui est l’objectif global 2035 de l’ADEME), le retour sur investissement peut être relativement rapide. 

La Gestion Technique Centralisée : le contexte

Il va sans dire que les techniques de gestion de la consommation s’inscrivent dans une démarche de bien-être environnemental et semblent nécessaires quand on sait que 30 % de l’énergie utilisée dans un bâtiment est gaspillée (source : Schneider Electric). L’aspect réglementaire évolue d’ailleurs en ce sens.

Le décret BACS (Building Automation & Control Systems) annonce l’obligation des bâtiments non résidentiels de plus de 5000m² à s’équiper de systèmes de Gestion Technique (du Bâtiment) d’ici au 1ᵉʳ janvier 2025.

Sont concernés uniquement les systèmes dont la puissance est supérieure à 290 kW, puis 70 kW en 2027.

De surcroît, dans le cadre de la loi ELAN, le décret tertiaire ou dispositif Eco Energie Tertiaire impose aux entreprises de plus de 1000m² l’amélioration de leur performance énergétique.

Les objectifs globaux de cette mesure sont une réduction de la consommation énergétique de :

  • 40% d’ici 2030
  • 50% d’ici 2040
  • 60% d’ici 2050

Et si vous pouviez payer moins pour votre électricité et gaz pro ?

Faites une simulation en 2min pour connaître vos économies potentielles :

Optimiser mon budget

Vous allez aussi aimer